13 décembre 2007

while your cigarette still burns

C'est sans prétention aucune que je me décide à recommencer quelque chose ici bas...
Certains diront surement " Elle veut le suivre dans son cheminement " mais non, je crois que j'ai seulement besoin moi aussi d'un exutoire, aussi virtuel soit il...

La question du jour serait : " Comment peut-on en arriver là ? "

Réussir à formuler une réponse de l'ordre de l'intelligible est une tâche ardue.

Sommes-nous lâchés sans filet trop tôt trop vite dans un monde finalement inadapté, ou bien est-ce nous qui avons tout fait pour devenir inapte sans nous en rendre compte ? Je ne sais pas à qui jeter la pierre : parents, "société", système éducatif ? Le fait est que nous nous brisons tous, les uns après les autres, sur le dur récif de la vie d'adulte comme on l'appelle...Nous sommes pour la plupart ce que l'on pourrait qualifier à la va vite et très péjorativement de " marginaux ", du moins de part notre enveloppe extérieure qui, même en costume cravate, ne peut échapper au regard désapprobateur du bobo lambda. Back to school : Loin d'être les moins assidus à l'école, nous n'avons tout simplement pas développé la bonne sensibilité, la sensibilité adéquate qui nous auraient fait suivre des études " sûres " afin de décrocher " un emploi stable" et la sacro-sainte " sécurité de l'emploi ". Non, nous futurs ou actuels trentenaires, nous avions ( et avons toujours ) pour passion la musique, la littérature, les arts...Est-ce une excuse ? Un échappatoire ? A la vie basique et verrouillée de toute part qui nous attendait...nous avons comme refuge des goûts et un mode de vie qui nous fait vivre au jour le jour, sans espoir d'une quelconque réussite sociale ou profesionnelle...dont il est vrai on se fout un peu. Qu'attendons nous de l'avenir ? Nous avons tiré un trait sur notre réussite et notre reconnaissance sociale...parce que l'on s'en fiche, et que nous sommes tout simplement incapables de revenir en arrière...Que ferait-on si c'était possible ? J'ai toujours l'image de la mauvaise fée qui se penche sur mon berceau, comme dans la Belle aux Bois Dormant, et qui me jette un mauvais sort du style " toi, tu ne seras jamais comme les autres...gnark " Quand je vois les réactions des critiques spectateurs Allociné qui trouvent le personnage de Juno complètement " surréel, immature, provocateur et hautain " je me dis " mais c'est tout moi pourtant ! " Du moins, moi ado. Voire jeune adulte. Aujourd'hui j'ai presque le sentiment d'avoir également perdu ma verve d'éternelle mécontente et toujours révoltée.
Où sont passés nos rêves ? Est ce possible que mon avenir soit scellé alors que je n'ai pas encore 25 ans ?
Je n'aperçois pas le bout du tunnel...j'ai les pieds cloués au sol, je n'ai plus aucune capacité d'action, sauf celle peut-être de fermer les yeux, chaque jour, jusqu'au mois, l'année suivante...

Angoisse de vieillir, angoisse de faire éternellement les mauvais choix...regrets qui reviennent vous hanter quotidiennement mais qui hélas n'influencent pas vos erreurs à venir...Je me détends, j'écoute Slowdive, et j'essaie de rêver ma vie le temps d'un album...


Posté par Avalyn à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur while your cigarette still burns

Nouveau commentaire